Perspectives paysagistes

Les tribulations de Pioup dans le paysage

lundi 20 mars 2006

Statu quo

Oui, oui, la refonte n'a pas encore pris effet!!Je n'ai pas réussi à intégrer les albums photos canalblog; donc je vais vous envoyer sur ceux que j'ai déjà en ligne sur wisititi.

Pour commencer, notre voyage de 2° année avec l'école du paysage de Versailles, en Espagne et au Maroc. Là, vous en avez déjà pour un moment!
Parcours suivi: d'abord Versailles-Marseille en car, en 12 h enfilées...on nous avait promis un car "confort", on a eu tout juste un car de classe verte pour mômes... même moi que ne mesure qu'1,60m, j'avais les genous dans le siège de devant. Je vous laisse imaginer la nuit qu'on (a pas) passée...pour le lendemain débarquer sans même pouvoir se débarbouiller à un rendu de projet de nos camarades de l'antenne marseillaise!

Un peu de repos le lendemain, à travers des visites de parcs et espaces publics à Marseille: parc Borely, plage du Prado, parc de la villa Valmer, route de la corniche, calanques...
puis à nouveau le car, direction Séville. Traversée de l'Espagne de nuit, et encore une nuit plié en 2. On arrive au coucher du soleil à l'auberge.
Séville m'a tellement plut! Il faisait doux, les orangers dans les rues étaient en fleur, partout on respirait leur délicate odeur sucrée.

    Du sable bien jaune
    A la voûte vert égayé
    L'odeur de l'oranger
    Nappe l'allée

    Même texture entre les galets
    Et les pétales  blancs, enroulés
    Tombés au sol et se mêlant au sable

    Formes allongées aux bouts arrondis
    Blancheur un peu charnue
    Opaque et veloutée

    Tenant dans le creux de la main
     Un galet chaud
    Sur lequel la paume se referme
    Et le pétale ou le galet deviennent
    Objets sensuels à caresser

Palais de l'Alcazar, parc Maria Luisa, à 2 pas de l'auberge...je ramasse des feuilles, des graines, des pétales...on a l'air de quoi avec nos sacs plastiques à végétaux!?
A l'expo universelle, désert blanc. Architecture monumentale, désoeuvrée. Le site est resté en dehors de l'activité urbaine, c'est un territoire à conquérir, humainement parlant.
(Je reprends mon carnet de voyage pour vous narrer cela...) j'avais oublié où avait eu lieu cette géniale conférence sur l'aménagement de La Havane par Le Forestier: à l'école d'architecture de Séville.

Après Séville, on a zappé deux excursions du programme. Le prof s'est aperçu que l'on avait besoin de plus de 2h par site...il n'avait pas pensé au dessin, à la rêverie...à ce fameux carnet de voyage que l'on devait remplir pour l'art plastique, la technique et la botanique! Lui, son dada c'est plutôt l'histoire des jardins, des villes, la recherche...d'ailleurs il écrit des livres très bien (il c'est Pierre Donadieu - disponible chez Actes Sud).

Donc a filé directement sur Grenade. Et là encore c'était magnifique. L'Alhambra, l'auberge, le bon dîner entre copines...

Traversée de l'Andalousie. Je me souviens les collines couvertes d'oliviers, la brume accrochée au relief, dans le lointain. Pour prendre le bateau Algeciras-Tanger, par un temps magnifique, et une mer plate qu'on allait regretter au retour!

Et le Maroc, c'était trop beau...je n'en dirais rien, je le garde pour moi!

Posté par Pioup à 22:36 - Commentaires [1] - Permalien [#]

Commentaires

    j'ai eu du plaisir à lire tes notes sur ce voyage, que j'ai eu l'occasion d'en faire un il ya quelques années dans le cadre de mes études ENSP 87/92. PAR CONTRE JE M'INTERESSE A TON SEJOUIR AU MAROC

    Posté par azzeddine, mercredi 27 septembre 2006 à 14:40

Poster un commentaire